• Ambre

De l'art de changer d'année - entre bilan et bonnes résolutions


J’ai toujours été fascinée par la notion de “bonne résolution”, cette sorte de micmac dans lequel tout à chacun met, tous les 1ers janviers depuis 10 ans, son propre vice éternel : Arrêter de fumer, faire plus de sport, perdre x Kg, ou encore dans mon cas « manger moins sucre ». Il y a aussi ce débat permanent avec les gens qui n’en prennent pas, qui répètent à qui veut l’entendre que c’est stupide (en vrai, ça l’est surement un peu), vain et « qu’on ne devrait pas attendre la nouvelle année pour prévoir ce genre de chose ».


Je suis de ceux qui ne font pas franchement de « bonnes résolutions » en tant que telles, mais disons que chaque année, je me liste les choses que j’aimerais faire au cours des douze mois à venir. Des sortes de « jalons » que j’aimerais voir rythmer l’année. L’année dernière il y avait quelque chose comme « courir un deuxième marathon », ou « commencer le triathlon pour préparer un ironman 70.3 » . La condition, c’est qu’il faut évidemment que ça ne soit pas quelque chose de déjà prévu (exemple, ne pas dire « faire tel voyage » si vous avez déjà votre billet d’avion ou en tous les cas prévus de vous y rendre).


Alors voilà, cette année, j’ai mis plusieurs projets du genre dans ma bucket list, incluant un nouveau trek de plusieurs semaines en montagne (à la Népal de 2016), reprendre des vrais cours de langue, des projets d’écriture et autres rêves en cours de réalisation active dont j’espère bien parler plus en détails à mesure de leurs avancés.

J’ai dans l’idée que se prévoir de « vrais projets » donne des possibilités plus concrètes que se dire qu’à « un moment dans l’année, on va arrêter de fumer ». J’imagine aussi qu’on peut transformer ces résolutions vagues en choses plus tangibles de type « je prends rendez-vous avec un tabacologue » ou que sais-je. Je ne sais pas si les résolutions sont une bonne chose, mais si le changement d’année peut donner des bases fraiches pour un nouveau départ, je ne vois pas forcement pourquoi il faudrait s’en priver. Encore faut-il simplement rendre concrets ces projets, quel qu’ils soient.


2017 - Les amis, le khirghistan, la Team rando du Nepal, un mois au Brésil, le premier marathon de Paris, le 20km avec Vincent, cinq ans de Cassosseries, le déménagement à Belleville, le mariage de Jag

La fin d’année, le nouvel an, c’est aussi toujours pour un peu tout le monde l’heure de bilan. Voilà, les gens postent leur « best nine » sur Instagram, listent ce qu’ils ont fait, une sorte de rendez-vous auquel quasi personne ne peut échapper. A chaque fin d’année, il te faaaut faire un point. J’ai le sentiment que c’était encore plus fort en Nouvelle-Calédonie, ou le calendrier scolaire est aligné avec l’année calendaire et que le changement d’année tombe dans cette grande coupure annuelle.

J’ai coutume de me dire que 2016 n’était pas une année franchement drôle, que 2017 fut une année de décisions impliquant des grands bouleversements et 2018 fut une année de concrétisation, d’aboutissement, de choses chouettes qui font qu’après trois semaines en France en période de fête (je parlais de ma venue Parisienne ici), j’étais contente de revenir « à la maison », à Dubaï, ou j’habite depuis bientôt un an. C’est bien ce sentiment de « se sentir chez soi » après dix mois, ça veut dire quelque part, qu’on a réussi à construire quelque chose.


2018 - Oman, l'Iran, Dubai avec Vincent, Mamie <3, le marathon d'Astana, l'entrainement sur la plage avec Tridubai, la venue de Fanchon pour mes 27ans, la Calédonie, Clémence <3

Alors voilà, puisque c’est l’heure de bilan ici aussi, 2018 d’une certaine façon, c’est la mise en œuvre concrète de tous ces projets et décisions qui grondaient en sourdine depuis plusieurs années, dont 2017 avait posé les bases.

2018, c’était beau et riche, c’était le retour aux sources en Calédonie, le départ pour les Émirats, un nouveau travail, l’emménagement avec Vincent, neuf pays visités, un deuxième marathon, le début du triathlon, des nouvelles rencontres, le début de ce blog et bien d’autres choses encore.


Surement que ces bilans, ces résolutions servent à ça, à prendre le temps de se poser et constater qu’on évolue, que même si les jours se ressemblent parfois, ça ne nous empêche pas d’aller vraiment quelque part.


Un peu parce que c’est mon leitmotiv (j’en parlais ici), je vous souhaite une année pleine d’audace et de projets, d’ambition sans fin dans vos rêves les plus fous et aussi de fierté de ce que vous faites déjà. Des petits bonheurs du quotidien comme des grands qui font vibrer. Entourez-vous de gens qui vous font vraiment du bien, ne regardez ni trop en arrière ni trop en avant non plus, faites de beaux projets, et surtout ; rendez-vous fier.


Bonne année à tous.



© 2018 - Textes et photos par Ambre Josse.  Portrait photo de présentation par Mademoiselle Moutarde
Copyright Déposé - La reproduction, même partielle, des contenus des pages de ce site sans accord préalable est interdit

Join My Mailing List